ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent

Barbara THOCQUENNE
Conseil et Formation RSE

contact@bthconseil.fr
07 49 06 13 00

La démarche de RSE en entreprise

La démarche de responsabilité sociétale et environnementale en entreprise est cadrée par la norme ISO 26000 adoptée par 94 pays en 2010, qui définit comment toute organisation peut contribuer, à son niveau, au développement durable et servir, pour les atteindre d'ici 2030, les 17 objectifs de DD définis dans ce sens par l'ONU.

Elle n'est pas certifiable, mais de nombreux labels peuvent cautionner cette démarche de progrès (cf. article du blog).


Schématiquement, outil managérial puissant, la démarche de RSE fonctionne comme un avion. L'image peut surprendre mais elle résume bien l'esprit de la norme ISO 26000.

 

 

  • L'article 4 de la norme ISO 26000 décrit les 7 principes d'un comportement responsable qui doivent guider toutes les décisions en entreprise : comme la cabine de pilotage. 
    Ces 7 principes de la responsabilités sociétale sont : la redevabilité, la transparence, le comportement éthique, la reconnaissance des intérêts des parties prenantes, le respect du principe de légalité, la prise en compte des normes internationales de comportement, et le respect des droits de l'Homme.
  • L'article 6 de la norme ISO 26000 décrit les 7 thématiques à considérer, comme le gouvernail qui garantit la trajectoire. 
    Ces 7 questions centrales de la responsabilité sociétale sont : la gouvernance, les droits de l'Homme, les relations et les conditions de travail, l'environnement, la loyauté des pratiques, les questions relatives aux consommateurs, et les communautés et le développement local.
  • L'article 5 de la norme ISO 2000 décrit les 2 méthodes de travail, telles les 2 ailes qui portent la démarche.
    Ces 2 pratiques fondamentales de la responsabilité sociétale sont :
    - L'identification de sa responsabilité sociétale et la hiérarchisation de ses enjeux (matrices de matérialité), et 
    - L'identification et le dialogue avec ses parties prenantes (cartographies). 

Ainsi, ces 7 principes déclinés autour de ces 7 questions centrales définissent 36 domaines d'action... qui offrent des multitudes de possibilités en termes d'attentes des parties prenantes et de projets à mener pour y répondre : l'innovation et la collaboration sont au coeur de cette démarche de progrès permanent, participatif et prospectif.

La démarche de RSE pilote donc une transition stratégique vers un modèle économique plus respectueux de l'environnement et plus responsable socialement. Visant le développement durable, la RSE questionne les entreprises sur leurs modes de production et de consommation (en lien avec l'économie circulaire), sur leur ancrage territorial, sur leurs principes en matière de gouvernance, de justice sociale, de qualité de vie au travail, sur leurs pratiques en matière de numérisation, sur leurs investissements... bref, toutes les fonctions et politiques de l'entreprise.
 

Comme tout changement, la démarche de RSE nécessite un accompagnement de l'entreprise que je qualifierai, lui aussi, de RSE :
- Réfléchi, professionnel, pointu dans les compétences sollicitées, une expertise ; 
- Singulier, adapté au contexte de l'entreprise ; et
- Engagé, impliqué et convaincu pour la soutenir.   
 
Ses bénéfices sont nombreux (gain de marché, maîtrise des risques, réduction des gaspillages et donc des coûts...), mais le principal reste qu'une démarche de RSE améliore l'attractivité et la pérennité de l'entreprise : cesser d'être les meilleurs du monde pour devenir les meilleurs pour le monde.